7/8/20246min

Primes énergie, PEE, CEE… ces aides à la transition écologique des entreprises peuvent-elles fonctionner si vous décidez de passer à la clim réversible dans vos locaux ?

Installer la climatisation, c’est assurer un meilleur confort à vos salariés, comme à vos clients si votre entreprise les reçoit dans ses locaux. Mais savez-vous que vous pouvez faire coup double en choisissant un système réversible, qui vous permet de chauffer en hiver et rafraîchir en été ?

Visuel Baisse les watts

Comment fonctionne la climatisation réversible ?

Il s’agit généralement d’un système de pompe à chaleur, dite « air air » : en effet, la pompe, située à l’extérieur des locaux, capte les calories de chaleur présentes dans l’air et les transporte via un fluide frigorigène. L’hiver, elle diffuse cette chaleur dans vos locaux à l’aide de splits, ou ventilo convecteurs. L’été, les modèles dits « réversibles » font l’inverse : ils puisent l’air chaud à l’intérieur, et le rejettent à l’extérieur, rafraîchissant ainsi la pièce.

Est-ce intéressant d’installer une climatisation réversible ?

La solution dite « réversible » peut être très économique et pratique, puisqu’elle permet de réguler la température au dixième de degré et de gagner de la place – un seul appareil au lieu de plusieurs. De plus, en absorbant l’humidité ambiante, la pompe à air peut aussi assainir l’atmosphère dans vos locaux. Par ailleurs, c’est un système moins coûteux à installer que les pompes à chaleur classiques. Il faut compter 4000 à 18 000 euros, en moyenne, pour une pompe à chaleur air-air qui peut durer 15 à 25 ans, selon la marque et le matériel choisi. Mais ce système a ses inconvénients. D’abord, il est rarement suffisant en matière de chauffage, si les locaux sont grands : il faudra donc un chauffage d’appoint. Par ailleurs, l’unité extérieure peut être bruyante. Enfin, les aides auxquelles vous pouvez avoir droit sont plus limitées que pour d’autres systèmes, car la pompe à chaleur air-air demande beaucoup d’énergie pour fonctionner et son impact sur l’environnement n’est pas neutre.

Quelles sont les aides de l’État pour une climatisation réversible ?

Malheureusement, c’est là le plus gros inconvénient pour les entreprises, la climatisation réversible n’ouvre pas droit au crédit d’impôt dont toute entreprise peut bénéficier dans le cadre de travaux de rénovation énergétique, correspondant à 30 % des dépenses et dans la limite de 25 000 euros. En effet, cette aide vaut si vous installez une pompe à chaleur servant essentiellement à chauffer… mais pas une pompe à chaleur « air air », donc réversible ! En revanche, vous pouvez bénéficier d’un prêt aidé : le Prêt Eco-Energie (PEE), qui peut aller jusqu'à 500 000 €, dans la limite des fonds propres ou quasi-fonds propres de l'entreprise. Il est consenti par BPI France pour des dépenses en matière d'éclairage, de chauffage, de climatisation et de motorisation électrique. Mais attention il faut que le matériel réponde à certains critères.

Quels critères pour financer sa climatisation réversible avec un PEE ?

En matière de chauffage et climatisation, la pompe à chaleur, y compris à double flux, peut être électrique si elle a un COP supérieur à 3,4 (les pompes à chaleur à absorption gaz ou à moteur gaz, également éligibles, ne sont pas réversibles). Le professionnel réalisant l’installation doit aussi détenir l’appellation Qualipac ou toute autre qualification ou certification dans le domaine des pompes à chaleur. Le prêt est remboursable sur une durée de 3 à 7 ans maximum avec un différé d’amortissement du capital pouvant aller jusqu'à 2 ans.

Les primes énergie peuvent-elles financer l'installation d'une climatisation réversivle ?

L’installation d’une climatisation réversible peut vous ouvrir droit à la prime énergie, versée dans le cadre du dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) : cette aide financière oblige les fournisseurs d’énergie à inciter les consommateurs – particuliers ou entreprises - à réaliser des économies, en engageant des travaux de rénovation énergétique. Ils reçoivent, en contrepartie, des CEE qu’ils doivent remettre au gouvernement pour prouver qu’ils ont respecté leur obligation. S’ils manquent à ce devoir, ils doivent payer une lourde pénalité financière. Cependant, l’installation d’une pompe à chaleur air-air doit respecter certains critères pour pouvoir entrer dans ce cadre, avec notamment un SCOP (coefficient de performance saisonnier) qui soit supérieur ou égal à 3,9.

Pour réduire vos factures d'énergie consultez nos autres articles dédiés aux équipements énergétiques tel que : la climatisation solaire, la voiture de fonction électrique, l'utilitaire électrique, les bornes de parking électrique, le thermostat...

Inscrivez-vous au programme Baisse les Watts.

Retrouvez nos fiches énergies par filières d'entreprises.